Logo. Vous êtes ici : Site photo de Michel MAGNIER > La prise de vue > Composition > Association des règles >

Association des règles


          Incontestablement, comme tous modes de communication, la communication par l'image doit suivre des règles pour qu'elle soit comprise par le plus grand nombre.
          Comme en langage parlé, il vaut mieux connaître les règles pour communiquer.
          Mais, comme en langage parlé, qui connait la grammaire sur le bout des doigts ? Pourtant, avec un minimum intuitif, faute d'un minimum organisé, on arrive à se faire comprendre ou a comprendre ce qu'on nous dit à peu près correctement. Il n'empêche qu'on remarque très facilement un beau parleur tout simplement parce que ce qu'il dit est plus joli que les autres. Est-ce pour autant plus intéressant ou plus profond, ou plus juste, ou ...


 
          L'éducation artistique est très peu développée, du moins en France. Cela se ressent fortement en photographie. Pour avoir assisté au développement et tirage chez un professionnel, je sais que sur une période de deux mois d'été, à plus d'une centaine de pellicules par jour, si on rencontrait 5 pellicules sortant du lot dans cette période, c'était beau. Et encore, il s'agissait à l'époque soit de curistes qui utilisaient des appareil très sophistiqués, soit des papy qui travaillaient avec de très vieux appareils 6,5x11 cm.
          Pourtant, aujourd'hui, avec l'utilisation à outrance de l'image, presse, télévision, le problème n'a pas beaucoup changé.
          C'est vraiment dommage de ne pas profiter des moyens mis à notre disposition.

Premièrement : respecter les règles

          D'abord, essayer de suivre un minimum les règles de composition pour s'habituer à cadrer juste . Si c'est oppressant au départ, cela devient vite une habitude. Et en récompense, les photos sont nettement meilleures qu'avant.
          Les résultats acquis donnent envie d'aller plus loin, de plus en plus loin jusqu'à ...


Premièrement : aller au-delà des règles

          Bien sûr ! Mais, comme c'est dit dans le texte, pour aller au-delà, encore faut-il connaître les limites !

          Deux remarques :
               1 - On s'apperçoit vite que, malgré la complexité des possibilités de composition, chacun trouve son style en respectant plutôt quelques compositions que d'autres.
               2 - Même si on est allé loin des règles de base, un jour ou l'autre, le contexte fera qu'on devra se contenter de ces règles pour résoudre le sujet.

          Sortir des sentiers battus impose de faire accepter son style par le plus grand nombre. Picasso n'a pas converti tout le public à ses thèses sur ses représentations de l'Art. Alors, tout petit petit photographe, cela doit être à peine plus difficile.
          En contre partie, c'est peut-être en sortant des règles qu'on se fera notre oeuvre d'art !

Une bonne idée ...

          Une bonne idée est peut-être de couper la poire en deux :
               - quand on fait des photos pour les autres, reportage de famille, par exemple, on reste dans le pré carré des règles communes de composition d'image.
               - quand on fait un travail d'étude, on donne libre court à ses idées. Mais, même dans ce cas, les classiques poursuivent la construction de l'image.

L'essentiel : interprêter !

          Tout l'art consiste à utiliser plus ou moins, plus ou moins précisément, plus ou moins systématiquement certaines règles, etc.
          C'est affaire d'affinité avec son esthétique propre ... et celles à qui on veut montrer ses images. Et comme pour la musique, tout le monde ne se reconnaît pas dans tous les styles.

          Un très bon exercice consiste à reprendre ses photos et de les analyser en fonction des règles de base. On va se rendre compte alors des progrès réalisés en fonction des résultats. Par exemple, en cherchant des images types pour argumenter ces lignes, ben..., heu ... Il y a du travail à refaire, mon bonhomme !
          Au même titre que le labo photo faisait bien avancer les choses, reprendre des cadrages, sauver des clichés tout noir ou tout blanc, etc, le travail sur un logiciel comme Photoshop remet les idées en place. Passer des minutes et des minutes à remettre les horizons droit, cela incite à corriger la position de l'appareil à la prise de vue.

De la quantité pour avoir de la qualité

          D'aucun disent qu'avec le numérique, comme on ne paie plus le cliché comme en argentique, pour faire des belles photos, il suffit de mitrailler.
          Eh - ben - NON !

          Mitrailler sans réfléchir ne donnera jamais une bonne image.
          Je reviens à une phrase du début : la photo se fait dans les 4 ou 5 secondes qui précèdent le déclenchement !







 
Ecrit et composé avec GenPh© -CopyrightDepot.com 00035368- V 2.010-5601-MMag du 26/12/2006

  Dernière modification : 26/11/2010