Logo. Vous êtes ici : Site photo de Michel MAGNIER > Glossaire > Lettre A > Argentique >

Argentique

          Utilisation recente du terme : ce qui concerne l'ancienne façon de faire des photos avec des pellicules dont la surface sensible était composée de sel d'argents. Ce qui était vrai pour les films et papiers noir et blanc, un peu moins pour les produits couleur.

Comment faire du numérique avec de l'argentique ?

          Depuis plusieurs années, les images argentiques sont utilisables en numérique en passant par un scanner .

          Les scanners professionnels sont assez onéreux : les premiers prix étaient de l'ordre de 3000 F à 5000 F.
          Il est néanmoins possible de faire un travail de qualité suffisante avec les petits scanners grand-public. Ceux-ci sont déjà depuis quelques années disponibles sur les imprimantes.

Caractéristiques du scanner

          D'abord, on obtient des meilleurs résultats en scannant le cliché et non un tirage.

          En effet si le tirage n'est pas suffisament grand, il ne présente qu'une partie des détails du cliché.
          La coloration du tirage est altérée par rapport à la coloration du cliché, soit en bien soit en moins bien.

          Le scanner du cliché se fait à une définition la plus grande possible : 2400 dpi est une bonne dimension. 4800 est un maximum avec des scanner non dédiés.
          Le scanner d'un tirage s'effectue à une définition bien moindre : 300 dpi est une bonne mesure. Au-delà, les défauts du tirage prennent le pas sur la qualité de l'image.

Exemple d'un cliché scanné avec le scanner de l'imprimante Epson RX600

Palmeraie de Tioute, Maroc.




 
Ecrit et composé avec GenPh© -CopyrightDepot.com 00035368- V 2.010-5601-MMag du 26/12/2006

  Dernière modification : 27/11/2010